10/02/2009

rebelles et martyres

L’artiste, notable ou rebelle

 

 

L’exposition « Rebelles et Martyres » a eu lieu à Londres du 26 juin au 26 août  2006.

Elle raconte en 70 œuvres de premier choix les métamorphoses d’une image : celle de l’artiste au XIX° siècle.

C’est une fascinante exposition qui offre un panorama impressionnant de la peinture européenne du romantisme au symbolisme, une rétrospective sur le thème romantique de l’artiste maudit.

 

L'image de l'artiste au XIX° siècle

 

L'artiste en tant que rebelle luttant contre la société, génie torturé et mal compris, a une prise puissante sur notre imagination collective.
Cette exposition retrace le développement de cette idée, de la naissance du Romantisme jusqu'au début du 20ème siècle.
L'exposition réunit plusieurs des grands artistes de la période, dont Delacroix, Courbet, Manet, Van Gogh, Gauguin, Rodin, Picasso, Friedrich, Degas et Schiele et explore comment ils ont répondus aux idées romantiques au sujet de la créativité et se sont délibérément inscrits comme personnages hors-normes et visionnaires.

 

On démarre à l’époque des lumières et de la noblesse.

La première toile de cette exposition londonienne est un autoportrait de Joshua Reynolds daté de 1780

Reynolds_Autoportrait_1780

Le point de vue en contre-plongée, donne au visage du peintre une allure aristocratique et suffisante.

Devenu « sir », l’artiste anglais, président fondateur du Royal Academy of Arts de Londres, habite dans le quartier le plus riche de Londres. Il avait aussi été admit à l’ « Académie Royale de Peinture et de Sculpture de Paris ». La cape rouge qu’il porte sur le tableau est celle des docteurs en droit d’Oxford. Derrière en écho, le peintre a placé le buste de son idole Michel-Ange alors que, par sa pose et son béret, il cite clairement un autoportrait de Rembrandt. Le maître donne de lui une image de prince intouchable, digne successeur de ces génies d’une histoire de l’art sacralisée par l’ouverture des premiers musées publics.

22:23 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.