10/02/2009

rebelles suite 2

barry

Fou autant que son voisin de cimaise, l’Anglais James Barry qui, en 1780 déjà, ose braver, au nom de la création, l’attente des puissants. Il sera d’ailleurs le premier « sacrifié ». Avec lui naît une autre image de l’artiste : Celle d’un héros noir, pris entre douleur, orgueil et narcissisme.

D’autres précisent la nouvelle donne : Caspar David Friedrich est seul dans son atelier vide ; Henry Füssli a le visage ravagé par le doute, Victor Emile Jansens expose sa maladie.

 

kersting, caspar friedrich dans son atelier 1812

 

Bientôt, l’artiste rebelle se réclamera de ses frères lointains. Eugène Delacroix rappelle l’histoire du poète Ovide, contraint à l’exil par Auguste, ou l’emprisonnement de Tasse, puni pour être tombé amoureux de la sœur du duc de Ferrare, ou imagine Michel Ange seul dans son atelier.

delacroix tasso à l'hopital st anne ferrara 1824

  

Gustave Moreau évoque le caractère inné du génie en rappelant la légende de Giotto enfant, capable par ses dessins d’émerveiller Cimague dont il sera l’élève. Ingres imagine l’agonie de Léonard de Vinci dans les bras de François I. Henry Wallis va plus loin encore en héroïsant le suicide à l’arsenic du poète Chatterton

 

Wallis_Chatterton_small

22:55 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

très intéressant votre blog.
Votre peinture de nu m'a émue.
Cependant une petite suggestion amicale à propos de votre blog: une rubrique archive par semaine serait sans doute intéressante, ou une liste des tags car pour l'instant il est difficile d'accéder rapidement aux premiers posts de votre blog ( il faut refaire page par page en cliquant en bas sur les flèches gauche ou droite).
Pour l'instant cela n'est pas trop gênant car votre blog est récent, mais lorsqu'il sera plus étoffé il serait dommage de rater quelques phases intéressantes par la lassitude de faire défiler chaque page.
Bien amicalement

Écrit par : hbron | 11/02/2009

Les commentaires sont fermés.