11/02/2009

rebelles et martyres 6

schiele, le poète 1911

Egon Schiele, Le poète 1911, Vienne, Leopold Museum

Dans la dernière section de l’exposition, la créativité revendiquée s’exacerbe. Elle se confond même avec la vitalité sexuelle : Lovis Corinth, Jacek Malczexski, Edvard Munch, Auguste Rodin…

Mais c’est une sexualité d’homme et le martyr sait que, désormais, son ennemi le plus dangereux n’est plus ni l’aristocrate des Lumières, ni le bourgeois du XIX° siècle, mais la femme, reléguée au rang d’inspiratrice. Picasso et Minautaure ne sont pas loin. Le féminisme, non plus.

 corinth autoporterait avec modèle 1903

 Lovis Corinth, Autoportrait avec modèle,(détail),1903

Malczewski, l'inspiration du peintre, 1897

L’inspiration du peintre, 1897,  Malcezewski

 

Jusqu’à cette période le rôle de la femme était souvent limité à être : l’inspiratrice, la séductrice, la destructrice de l’artiste mâle.

Les femmes artistes au 19° siècle, ont du vaincre plusieurs barrières, pour obtenir une reconnaissance et obtenir un succès inégalé jusque là.

C’est pour cela que la majorité des personnages qui expriment la lutte artistique pendant cette période restent des figures masculines : le bohémien, le dandy, le flâneur, le martyr et la figure du Christ.


paula modersohn -Becker autoportrait

Paula Modersohn-Becker, Autoportrait à mon 6° anniversaire de mariage, 1906, Bremen, Paula Modersohn-Becker Museum.

 

Elle a dit qu’elle a peint son autoportrait à son 6° anniversaire de mariage, et son corps fait penser qu’elle attends famille, or elle n’était pas du tout enceinte et venait de quitter son mari pour continuer sa carrière de peintre à Paris. Cette peinture est  la proclamation de son indépendance artistique et son petit ventre, le symbole de sa fertilité artistique.

 

Rodin a dit : « Une gentille femme est la meilleure intermédiaire entre Dieu et nous, les artistes »

C’est un plâtre de Rodin qui conclut le parcours de l’exposition. Un Balzac acéphale, nu, trapu, musclé, dont les deux bras se croisent à la hauteur du sexe remplacé, question de technique oblige, par un tenon fermement agrippé par la main droite de l’écrivain.

Entre l’autoportrait de Sir Joshua Reynolds et le Balzac de Rodin, il se sera passé un peu plus d’un siècle durant lequel le statut et l’image de l’artiste auront changé.

Et les mâles ne sont plus seuls !!

 

22:54 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.