15/02/2009

vienne 3

Anciennes collections de von Reininghauss, c’est le plus sec, tendu et dramatique des quatre Nus peint pour Reininghauss : la figure est entièrement dépourvue d’éléments décoratifs (siège, environnement, …) Elle est campée dans le vide, hagarde et livide, tandis que la violente torsion du bras droit bloque le profil en une sorte d’aphasie hystérique, au confins de l’autisme et de la catatonie. Soulignons aussi la richesse des valeurs formelles de ce tableau. Il existe une étude préparatoire à la craie noire, aquarelle et détrempe.

sch Autopotrait ,vase bleue 1911

 

Autoportrait, les doigts écartés 1911, huile sur bois, 27,5 x34 cm, Vienne, Wien Museum

Notons le gestuel : les doigts et mains, connotation sexuelle, Schiele était fasciné par les mains : la main serait autonome du corps, l’homme n’est plus responsable de ce que ferait la main (la seule chose qui n’est pas à contrôler est la masturbation). Derrière la tête, il y a une autre tête, qui est aussi la sienne(l’autre aspect, et la main, elle appartient à qui celui avec, ou celui sans visage ?).

Portrait de l’éditeur Kosmack 1910

L’éditeur Kosmack, âgé alors de trente ans, a été délibérément vieilli par Schiele ; celui-ci a donné au regard du jeune homme, saisi dans une attitude qui rappelle Le Plus Grand Amour de Don Juan de Félicien Rops ainsi que la célèbre Puberté de Munch, une expression de fixité magnétique et luciférienne (Kosmack était un hypnotiseur expérimenté) ; cette particularité apparaît avec plus d’évidence encore dans les trois études préparatoires.

Sc Portrait de l'éditeur E Kosmack 1910

14:30 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.