15/02/2009

vienne 7

Kokoschka

 

Couple d’amants avec un chat, 1917, huile sur toile,  93,5 x 130,5 cm , Zurich

Spontané, l’écho de la femme qui ne répond pas ; la sienne l’avait quitté

 oskar_kokoschka_gallery_4

ko Couple d'amants (nus) 1913

Couple d’amants(nus) ,1913 (Alma Mahler et lui)

Veuve du compositeur  Mahler, Alma était au centre de l’élite artistique à Vienne lorsque Kokoschka fit sa connaissance en avril 1912. Son amour passionné pour elle a durablement marqué son œuvre, et s’exprime dans plusieurs tableaux de cet époque. Elle le quitte quand il part au front, comme volontaire, en 1915, pour épouser peu après l’architecte Gropius

untitled

A partir de 1911, Kokoschka commença une série de grandes peintures à huile traitant de thèmes bibliques :  la  Fuite en Egypte (1911-12),  Crucifixion (1912), et l’ Annonciation (1911).  Sur le plan stylistique, ces tableaux constituent le résultat de son séjour à Berlin et de ses impressions artistiques recueillis là-bas. Ici, la structure pittoresque se concentre et se consolide, la surface devient plus opaque. Stimulé par les exemples cubistes et orphiques, le motif est recouvert d’un réseau de traits de pinceaux appliqués en prismes, ce qui donne l’impression que la couleur des tableaux est brisée à plusieurs reprises. Grâces aux œuvres religieuses de ces années, on voit apparaître pour la première fois un groupe d’œuvres dont la signification artistique et la puissance d’expression peuvent concourir avec ses portraits de la même époque, et qui surpasse encore les panoramas des villes qu’il réalisera plus tard. Une toile telle l’Annonciation  relie les deux sujets en intégrant le paysage dans le tableau de personnages. En représentant Marie visiblement déjà enceinte et la silhouette nue, asexuée de l’ange, Kokoschka crée son propre langage symbolique, éminament personnel, libéré de l’iconographie biblique traditionnelle. A l’aide de ce langage, il cherche une expression individuelle codée dans les contenus bibliques profanes pour décrire sa situation personnelle avec Alma Mahler, et réalise une projection de son rôle d’artiste à la veille de la guerre. Dans l’ Annonciation  également, et ainsi de façon comparable dans le double portrait de Hans Tietze et Erica Tietze-Conrat», les mains remplissent une fonction dominante dans la composition du tableau. Kokoschka compose de façon subtile le jeu alternatif et chargé de tension des gestes protecteur et de rejet.

17:34 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.