20/02/2009

Picasso et Matisse toujours

Matisse, Poissons rouges et palette, 1914, h/t, 146,5 x 112,5, MoMA, NY

poissonsrougesetpalette

Le noir domine, tout est linéaire sauf le bocal et les fruits à côté.

La fenêtre ouverte est un de ses thèmes préférés. C’est le dernier de la série qu’il a faite.

Il est stylisé, le premier était réaliste.

Comparons avec Intérieur au bocal de poissons, là tout est reconnaissable (les fers décoratifs du balcon, la place en bas de la fenêtre) et les poissons nagent dans l’eau claire, pas opaque.

Il a mis une palette (reconnaissable au pouce qui passe dans le trou) dans son tableau (autoportrait).

Matisse a dépassé le fauvisme. Ce travail est assez géométrique, les éléments s’emboîtent.

Tout cela témoigne de l’attention de Matisse pour le cubisme. En plus c’est la guerre : pessimisme. La bande noire, les lignes droites témoignent aussi de l’amitié de Matisse pour Juan Gris. On retrouve la décoration des arabesques dans le fer forgé de  la balustrade


Picasso, Arlequin, 1915, h/t, 183 x 105, MoMA, NY

Il a fait un double autoportrait : Pierrot (depuis sa période rose, il se représente souvent comme Pierrot) et la palette. Tout est vertical, linéaire, c’est presque un collage.

arlequin

 


Matisse, Intérieur au bocal de poissons, 1914, h/t, 147 x 97, Beaubourg

matisse49 gold fish

3 musiciens

 

Picasso, Les trois musiciens aux masques, 1921, MoMA, NY 

Regarder dans le cours de Picasso en ordre chronologique du mois de novembre 2008 de Madame Toussaint

 

18:49 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.