07/04/2009

Cézanne 4

Natures mortes

cerise et pêches

Cerises et pêches, 1883-1887, h/t, 50 x 61cm, Los Angeles


pommes_et_oranges

Pommes et oranges, vers 1889, h/t, 74 x 93, Paris, Orsay

Paul%20C%E9zanne%2C%20Nature%20morte%20au%20panier%20de%20fruits

Nature morte au panier de fruits (La table de cuisine), 1888-1890, 65 x 81, Paris, Orsay

 

Au premier coup d’œil, on peut être porté à n’y voir que des fruits, un panier, des objets… et se demander quel intérêt il peut bien y avoir à peindre ce genre de truc.  On en viendrait finalement à se demander pourquoi donc Cézanne a bien pu déclarer ceci :

Tenez, ce que je n’ai pas encore pu atteindre, ce que je sens que je n’atteindrai jamais dans la figure, dans le portrait, je l’ai peut-être touché là… dans ces natures mortes…  Je me suis scrupuleusement conformé à l’objet…  J’ai copié…  Celle-là, tenez.  Il y a des mois de travail dessus.  Des pleurs, des rires, des grincements de dents. (Cézanne à Joachim Gasquet).


C’est que l’intérêt d’une toile comme celle ci-dessus ne tient pas vraiment dans son sujet de représentation (une nature morte), mais plutôt dans ce que la manière de représenter rend visible.  Et qu’est-ce qui est rendu visible ?  Dans le présent exemple, c’est le mouvement du regard.  Ce mouvement du regard apparaît si on fixe notre attention sur l’un des centres d’organisation que Cézanne fait advenir dans sa toile.  Par exemple, en fixant l’espace, en haut de la nappe, entre le pot de gingembre et le panier de fruits.  Ou encore, l’espace au bas de la chaise, à la gauche du haut du panier, près du triangle verdâtre.

Lorsqu’on regarde ces points, l’organisation des objets semble parfaitement cohérente.  Mais si on analyse la composition, on se rendra compte que Cézanne a intégré pour ce faire des angles de vue qui sont incompatibles entre eux.  Par exemple, le bas du panier de fruits est peint vu de gauche, mais l’anse du même panier est peinte vue de droite.  Surprenant, non ?  Lorsqu’on l’analyse, la toile est remplie de ces « déformations cohérentes ».  Mais – et c’est là la force de Cézanne – lorsque notre regard se promène aux endroits voulus, ces déformations et « incompatibilités » sont imperceptibles.

Ceci offre une représentation peinte suggérant le mouvement du regard.  Qu’est-ce à dire ?  Si on fixe un objet autour de soi, ou un point particulier de la pièce où l’on est, le point fixé devient le centre où s’organise le reste des éléments dans notre champ perceptif.  Cette organisation pourra être illustrée, par exemple, avec l’emploi d’un point de fuite.  Mais à l’instant même où le regard est en mouvement, il n’y a pas encore de point de fuite à partir duquel tout s’organiserait.  Pendant que notre regard se promène (pour faire l’exercice, on peut promener notre regard tout en marchant, ça devient plus évident), il n’y a alors rien comme un point de fuite qui soit présent.  Dans la Nature morte au panier de fruits ci-dessus, c’est ce que Cézanne rend visible : le moment où des objets surgissent à notre regard et où on a l’impression que notre vision transperce l’espace, avant même qu’un « point de fuite » ne se soit encore organisé.

Un monde sépare l'idée spatiale, horizontale et perspective de Millet (L'angélus) de celle de Paul Cézanne (l'Estaque). Dans ses natures  mortes ou dans ses paysages de l'Estaque (1878- 1879), Cézanne traite  les différents plans horizontaux, rabattus à la verticale, à la manière des lamelles d'un store vénitien. Il utilise la perspective linéaire, adaptée suivant les cas, mais affiche une grande indifférence pour la  perspective aérienne. Les valeurs sont égales quelle que soit leur  position géographique. De nos jours personne ne s'émeut devant  la vision "abstraite" d'une photo d'avion prise à la verticale du regard. Mais on comprend que les yeux "cubistes" de Picasso  ou de Braque se référeront, 25 ans plus tard, aux sensations  "cadastrales" de Cézanne.

 

 

17:13 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour,

Je suis une jeune étudiante bientôt majeure qui cherche à se perfectionner au niveau de sa culture artistique. Pour appronfondir mes connaissances, j'ai choisi l'option ART, proposée par le CNED. Je me suis penchée sur votre site et vos commentaires car mon devoir n°4 porte sur Paul Cézanne et son tableau : La nature morte au panier.

En faite, j'aurais aimé avoir quelques précision sur cette peinture, j'ai des questions bien précises.

Merci

Écrit par : Gwendoline | 24/01/2012

nul. http://philosophie.cegeptr.qc.ca/2006/01/cezanne/

Écrit par : johanna | 05/12/2013

Les commentaires sont fermés.