03/05/2009

Camille Corot à Reims

Les sept sections thématiques :

 

1. Dans le sillage de Camille Corot

2. Campagnes de France et ateliers

3. Cadrage et Espace, vues panoramiques et perspectives

4. Rideaux d’arbres, rideaux de scènes

5. Reflets, réflexions, rêveries des eaux

6. Muses, nymphes et musique

7. Corot, à l’origine de l’abstraction

 corot3

Corot, à la fois peintre de paysages et de figures, vedette des Salons, favori de ses contemporains, a fait preuve tout au long de sa carrière d’une grande liberté et de diversité en utilisant toute la gamme des styles picturaux marqués par le réalisme, le lyrisme, le romantisme, le mystérieux, le poétique, l’imaginaire, le sublime… Ce génie de la peinture influencera les esprits et les sensibilités de ses contemporains, puis les plus grands noms de la modernité. Ses paysages, peints en plein air ou en atelier, ses figures, vont trouver écho notamment chez Monet, Manet, Renoir, Pissarro, mais aussi Van Gogh, Gauguin et Cézanne.

Plus tard, Mondrian puisera dans ses motifs tandis que Picasso et Braque s’empareront de ses compositions et de ses évocations féminines. Ainsi, les différentes thématiques de cette exposition mettent en lumière les liens, variations et correspondances qui existent entre Corot et les avant-gardes.

corot

Cette exposition est organisée avec la collaboration exceptionnelle du musée du Louvre.

La représentation picturale de la nature au 19° siècle est profondément marquée par l’engouement des paysagistes pour les provinces de France.

Après l’Île de France et la Normandie, les peintres vont parcourir de nombreuses régions et se rendre jusque dans les coins les plus reculés.

Ces voyages sont pour eux sources de multiples sujets et rencontres.

Ainsi, en 1839, Corot fait la connaissance du jeune peintre François-Auguste Ravier

(1814-1895) en Auvergne.

De son retour d’Italie en 1828 à sa mort en 1875, Corot privilégie durant le printemps et l’été le travail en plein air et organise le reste de son année au rythme de voyages, qu’il accomplit parfois en compagnie d’autres peintres.

Ces rencontres expliquent la diffusion de sa démarche auprès des générations suivantes.

Toutefois au 19°siècle, la forêt de Fontainebleau demeure un lieu emblématique pour tous les paysagistes.

Ces derniers, fascinés par les rochers immenses, la diversité des espèces d’arbres, adorent y travailler en plein air. La plupart se retrouvent le soir à l’auberge Ganne de Barbizon.

C’est dans cette forêt que Corot peut appliquer à la lettre ses idées concernant la peinture en plein air qui intéresseront particulièrement Monet (1849-1926) qui y séjourne en 1865 et Cézanne (1839-1906) qui s’y trouve entre 1892 et 1893.

 corot2

20:37 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.