01/03/2009

Exposition à Huy, parcours des femmes

Voilà, la semaine prochaine, le 7 et 8 mars, il y a le parcours, vous êtes ici:

Dans le cadre de la journée de la femme, vous êtes invités à nous voir .

Moi , je suis au local de la Croix Rouge, Quai de Compiègne (c'est à dire avant le pont , si vous venez de Hesbaye, où d'un autre endroit de la rive gauche.)

Pour vous procurer le dépliant adressez-vous au centre culturel de Huy.

Invitation Vous êtes ici

20:47 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/02/2009

van Gogh à Amsterdam

C’est pour la première fois depuis un certain temps qu’une exposition Van Gogh a lieu au Pays-Bas.

A l’occasion de cette exposition les salles du Musée vont être plongées dans une atmosphère nocturne.

 

 

Van Gogh associait la nuit à la poésie, la consolation et le sentiment de sécurité. De même, il n’était pas insensible aux côtés noirs des heures nocturnes, où l’homme se laisse envahir parfois par le désespoir et la solitude.

VanGoghBoch A

 

Eugène Boch, 1888, 45 x 64, h/t, Orsay

C'est le portrait du peintre belge Eugène Boch, le frère d'Anna Boch, peintre également (la seule personne qui a acheté un tableau à Vincent de son vivant)


19:51 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/02/2009

Mangeurs de pommes de terre de Van Gogh

Les mangeurs de pommes de terre, 1885, h/t, 82 x 114, Amsterdam

 

Van Gogh a peint  les mangeurs de pommes de terre en avril/mai 1885. Il a choisi une composition difficile pour prouver qu’il était en train de devenir un bon peintre de personnages. Il voulait devenir un peintre de paysans, comme Jean-François Millet, qu’il admirait.

figure-2-vincent-van-gogh-the-potato-eater-1885

Il a essayé de faire une peinture réaliste de la vie paysanne, sans idéalisation de la réalité, sans mièvrerie. Il a voulu démontrer que ces personnes ont travaillé la terre avec les mains qui se tendent vers le plat, et qu’ils ont gagné honnêtement leur repas. Les visages ont la couleur des pommes de terre terreuses, non pelées.

Sur la première version des Mangeurs de pommes de terre (un dessin et une esquisse à l’huile), on ne voit que 4 personnages, dans une autre esquisse il a ajouté une cinquième personne. En les décalant un peu, la femme de droite s’écarte de la table, alors, il lui fait verser le café. Cela devient bizarre, car même du temps de Van Gogh, la combinaison café et pommes de terre n’était pas usuelle.

Van Gogh a été apparemment content de cette composition, puisqu’il l’a utilisée pour la peinture finale, et qu’il en a fait également une litho avant de commencer l’œuvre définitive.

Il eu beaucoup de critiques négatives, notamment à propos des poses peu souples des personnages.

21:27 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

En retournant chez Van Gogh

De_stoel_van_Gauguin

La chaise de Gauguin, 1888, h/t, 90 x 72,

Musée Van Gogh, Amsterdam

 

Sur un tapis bariolé se trouve une chaise en bois foncé, faite d’une carcasse mouvementée et d’une assise en paille. Sur la chaise se trouvent des livres et une bougie allumée.

La chambre est illuminée par des becs de gaz qui donnent des ombres bleutées sur les montants de la chaise. Ce tableau a été fait en novembre 1888, quand Gauguin logeait dans la maison jaune.

Les chaises vides et les attributs démontrent la personnalité de leurs propriétaires.

La chaise de van Gogh et sa chambre à coucher montrent une chaise simple et une chambre sobre, sous une lumière de jour.

 

20:28 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/02/2009

Matisse-Picasso (fin)

   Ce sont deux autoportraits que nous avons ici

 

Matisse, Le violoniste à la fenêtre, 1918, h/t, 150 x 98, Paris, Centre Pompidou

 

Le violoniste à la fenêtre n’est pas Pierre, le fils de Matisse, comme on a cru pendant un certain temps, par ce que Matisse n’était pas spécialement musicien, mais par contre un vrai autoportrait. Matisse a souffert des yeux pendant un certain temps. Il avait appris le violon quand il était jeune, et il s’y est remis.

La fenêtre ferme plus l’espace qu’elle ne l’ouvre.

Il y a un côté gitan. On le voit de dos.

Forme colorée

 

 

Picasso, L’ombre, 1953, h/t, 125,5 x 96,5, Paris, Musée Picasso

 

Il y a une forme de chambranle dans la pièce.

Sur le lit, il y a une forme blanche (peut-être Françoise qui vient de le quitter)

Il paraît que Françoise  soit revenu un jour, en évitant de le voir, pour reprendre des affaires.

Ce tableau a été fait sans doute comme témoignage à la femme qu’il aimait encore.

Il ne rentre pas dans la pièce, il y a l’absence des mains, donc le toucher est impossible.

 

matpic10

22:42 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La presque fin de Matisse/Picasso

Matisse, Grand Intérieur rouge, 1948, h/t, 146 x 97, Paris, Pompidou

08907_henri_matisse
 

Comparons avec la grande desserte rouge de 1908 (on est 40 ans plus tard). Ceci est son dernier intérieur rouge. Il n’y a toujours pas beaucoup de perspective. Les meubles sont tracés en noir sur le fond rouge

 

 57MeninAprVelasqu

Picasso, Les Ménines, d’après Vélasquez, 1957, h/t, 161 x 121, Barcelone, Musée Picasso

Basé sur les Ménines de Vélasquez, fond noir = hommage à Matisse. Très radical. En comparaison avec les autres versions des Ménines c’est le plus matessien, par la couleur (rouge, vert, bleu, noir,…)

 

Matisse, L’atelier rouge, 1911, MoMA, NY 

Ici le mobilier a été dessiné en clair sur le fond rouge 

000atelier_rouge_matisse_1

22:38 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Matisse et Picasso suite et pas fin

Matisse, Intérieur rouge, Nature morte sur fond bleu, 1947, h/t, 116 x 89, Düsseldorf

Picasso, L’atelier « La Californie », 1955, h/t, 116 x 89, Paris, Pompidou

matpic8

 

 

 

Picasso a fait son tableau après la mort de Matisse. Un intérieur d’atelier en tons de gris (deuil). Il rend hommage  à Matisse : on retrouve même le trépieds de l’atelier de Matisse, de même la fenêtre, le fer forgé et le palmier (le palmier qui suffisait aux voyages de Matisse).Le tableau a des couleurs funèbres.

Intérieur rouge, Nature morte sur fond bleu, est audacieux par les zigzags sur les murs.

L’intérieur déborde sur l’extérieur.

 

 

21:50 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |