19/03/2009

GUST dE SMET

Après 1936, une nouvelle phase s'annonce. Le peintre subit une évolution qui l'éloigne un peu plus encore de la manière rigoureuse des années vingt.

Désormais la construction s'opère de moins en moins en esprit. L'art de De Smet devient plus direct, plus hardi; la technique évolue.

La femme au manteau, 1937

1052 Femme au manteau  1937 116x90 b d Gust.De Smet

22:39 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/03/2009

DE SMET

En 1930 De Smet s'installe à Deurle. Il s'inspire de la vie champêtre. Il accorde sa préférence à son environnement (la femme du peuple, la paysanne dans son décor rural, le village et son clocher, le chasseur dans la neige, le bûcheron se reposant...)

De Smet n'est jamais devenu paysan parmi les paysans, l'engagement de Millet, la solidarité de Van Gogh, le tragique de Laermans ne font pas parties de sa nature.

Le repas , 1931

877 Le repas 1931 132x114 b d gust.De Smet  Groeningenmuseu

21:33 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/03/2009

De Smet G

Pendant la première guerre mondiale De Smet se trouve en Hollande, comme beaucoup de nos artistes belges.

Ici, nous voyons qu'il a subi l'influence des fauves. La forme est simplifiée.

Composée d'aplats avec une luminosité éclatante, la peinture évite les détails. On y retrouve également l'influence des expressionnistes allemands.280 Voorbrugwal (amsterdam) 1915 67x41 b d Gustave de Smet

Voorbrugwal, Amsterdam, 1915

11:45 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/03/2009

De Smet

Après le séjour à l'académie et dans l'entreprise artisanale de son père, De Smet traverse, à l'aube du vingtième siècle, une phase de mutation. Il s'oriente dans plusieurs directions, à la recherche d'un style. Peu à peu il se distance de la peinture traditionnelle.

De manière encore hésitante, il introduit en 1901 le pointillisme dans des paysages.

Vers 1907, de nouvelles tendances exercent une influence passagère sur son oeuvre. L'emploi des touches vigoureuses, expressives, séparées, est l'indice d'une liberté grandissante du geste qui tend à accoître la puissance d'expression.

En 1908, De Smet séjourne quelque temps chez Constant Permeke à Ostende. Il y exécute une importante série de dessins, de croquis et de petites études à l'huile, avec pour thèmes la mer, le port et ses voiliers.

Les vues des villes et des villages composées en 1907 et 1908 révèlent l'évolution de sa pensée artistique.

En signant Kermesse au Village(1908), il se distingue de du néo-impressionnisme en appliquant des rouges intenses, des bruns, des verts et des jaunes dorés. Il explore les possibilités d'une expression subjective violente.

92 Kermesse au village 1908

21:51 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/03/2009

Gust De Smet

Aujourd'hui je voudrais présenter un artiste peintre belge pas trop connu: Gustave De Smet (1877- 1943)

jeune paysanne 28

 

Jeune paysanne , 1928, h/t, 62 x 50 cm, Deurle , Museum Dhondt-Dhaenens

17:48 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/03/2009

Encore Vincent

Les blés : une citation que Van Gogh a empruntée à un poème de Jules Breton, montre la fascination de Vincent pour les semailles et les moissons, pour le grain et les gerbes de blés, symboles de l’éternité.

Nous voyons ici 3 chef-d’œuvres de Van Gogh de 1888 ensemble, trois versions du Semeur, dans les collections du Musée Kröller-Müller, du Musée Van Gogh et de la Collection E.G. Bührle.

Van Gogh situait les Semeurs à la fin des journées au coucher du soleil, une allusion subtile au cycle sans fin de la vie.

Vincent_van_Gogh_(1853-1890),_De_zaaier,_1888,_Kröller-Müller_Museum,_Otterlo saemann_at_sitting



22:42 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Van Gogh toujours

Paysage à la tombée du jour

 

L’école de Barbizon a inspiré Van Gogh à faire des paysages clairs-obscurs.

Dans Paysage à la tombée du jour (détail en dessous), le soleil jette les derniers rayons rouges sur un lac idyllique.

 

En France sa palette va s’éclaircir :

Les mats des bateaux dans les Déchargeurs à Arles contrastent remarquablement avec le ciel rouge orangé du coucher de soleil.

0000001

 

21:48 Écrit par Nic dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |